Lutter contre les discriminations, mais lutter contre toutes les discriminations !

par VL – avril 2006

Notre République n’est ni blanche, ni mâle, ni hétéro … Pour les personnes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transsexuelles), à l’instar du PSOE en Espagne, nous devons améliorer le statut juridique qui discrimine encore nos concitoyens au regard de leur orientation sexuelle. Améliorer le PACS, certes, mais surtout ouvrir le mariage aux couples de même sexe, l’adoption à tous les couples, l’adoption possible de l’enfant du conjoint quel que soit la statut du couple permettront de réduire des inégalités de droit et répondront à une demande sociale.
Ces changements pour toutes les questions relatives au droit de la famille s’appuient sur des attentes en terme d’égalité des droits et de principe d’universalité.

3 réponses à “Lutter contre les discriminations, mais lutter contre toutes les discriminations !”

  1. François Frémeau dit :

    N’oublions pas ces couples homosexuels bi-nationaux pacsés dont le Ministre de l’Intérieur continue de faire expulser les conjoints d’origine étrangère alors qu’ils peuvent témoigner de plusieurs années de vie commune avec leur partenaire au moyen du pacs (qui n’est pour l’instant, malheureusement, pas pris en compte).

  2. Sarkozy est-il homophobe ?
    La question se pose après l’émission de TF1 où le candidat de l’UMP s’est insurgé contre le soupçon d’homophobie qui pèse sur lui. Pourtant, lorsqu’on décortique un peu sa prestation et ses explications sur le sujet, on s’aperçoit que les détours rhétoriques qu’il emploie ne changent rien à une homophobie qu’il a parfaitement intégrée à son logiciel de pensée. On ne pourra pas dire qu’il n’y a pas de différence entre le pacte présidentiel de Ségolène Royal qui propose le mariage et l’homoparentalité aux LGBT, et la petite musique réactionnaire que nous prépare l’UMP.
    Retour sur les propos de Sarko :
    1- Sarko présente une vision religieuse et traditionaliste de la famille
    Nicolas Sarkozy : « Je vais essayer de vous répondre, en vous disant une chose : j’ai le droit d’avoir mes convictions et d’être respecté. Je n’accepte pas — mais bien sûr !— je n’accepte pas qu’on me dise que je suis homophobe parce que je refuse l’adoption par des couples homosexuels.  »
    >>>Sarko sait que la question de l’égalité des droits est au cœur du sentiment homophobe. En refusant de reconnaître la parentalité des homosexuels et l’adoption des enfants, il confirme l’inégalité des droits entre homos et hétéros. Cependant, il ne veut pas êttre pris sur le fait. Alors, pour réfuter l’accusation d’homophobie, il va donc essayer de placer son refus de l’homoparentalité sur un autre terrain que celui de l’égalité des droits, en s’appuyant sur un argumentaire traditionaliste dont le fondement est non pas laïque et républicain, mais religieux :
    a- une famille repose sur l’association d’une femme et d’un homme,
    b- le mariage qui célèbre cette union à une visée procréatrice exclusivement.
    EX :« C’est mon droit aussi de considérer que le mariage, c’est l’institution familiale qui permet d’avoir des enfants. »
    Sarko va essayer de traiter 3 questions en une, pour mieux brouiller les pistes. Il mêle la question de l’adoption, celle de l’homoparentalité, et celle du mariage des homosexuels. Sarko les amalgame pour promouvoir la conception traditionaliste de la famille.
    Ex :« si on dit le mariage hétérosexuel et le mariage homosexuel , c’est le même, cela veut dire qu’on s’apprête à reconnaître la possibilité pour les couples homosexuels d’adopter des enfants et on donne alors à la société une image de la famille qui n’est pas celle que je souhaite que l’on donne. »
    autre ex :« la famille, c’est fait pour protéger et pour élever des enfants. »
    2- Sarko agite un miroir aux alouettes en proposant aux gays un contrat vide: le CUC
    D’abord, Sarko ment en essayant de s’attribuer la paternité du Pacs, voté sous la législature Jospin : « je suis le ministre des Finances qui a garanti par le pacs l’égalité fiscale entre les couples homosexuels et les couples hétérosexuels. ».
    Il veut sans doute faire oublier l’opposition résolue de sa famille politique à cette époque, et l’acharnement de christine Boutin, sa conseillère spéciale pour les Présidentielles, qui proférait avec d’autres membres de l’UMP : « les PD au bûcher ! », et qui déclare encore à qui veut bien l’entendre qu’elle ne change pas une virgule à ses opinions.
    Pour essayer de récupérer l’électorat homosexuel, Sarko fait cependant une proposition, qui faute d’être une avancée importante, constitue un gadget. Sur le fond, il n’y pas de progrès.
    « J’ai donc proposé un Contrat d’Union Civile avec une cérémonie en mairie ».
    Le CUC n’est pas une nouveauté. L’appellation est même très ancienne, puisqu’elle est antérieure au PACS. Du point de vue de la reconnaissance des droits, rien de nouveau par rapport au PACS. Le projet de Sarko est un tour de passe-passe ; il substitue seulement l’officier municipal à l’officier de justice pour la signature du contrat.
    Ex : « j’ai fait une avancée qui me semble-t-il, devrait m’éviter d’être traité d’homophobe ».
    Sarko ne change rien aux dispositions actuelles votées par les socialistes.
    Tout à sa tache de récupération démagogique des segments les plus infimes de l’électorat, il présente son immobilisme réactionnaire en terme « d’avancée » en agitant son projet de Contrat d’Union Civile.
    Il s’en sert aussi pour essayer de contourner l’accusation d’homophobie qui lui est adressée. On ne doit pas s’y tromper : sur le fond, ses propos et son cuc confirment le refus de reconnaître l’égalité de droits des homosexuels.
    3- La Carte du Tendre et le fleuve Amour selon Sarko le Philosophe
    Pour mieux faire passer la pilule, il se lance alors dans une longue diatribe pseudo-philosophique plutôt confuse – et ambiguë par certains de ses développements – entre le désir et l’amour.
    Cette distinction est dans son essence classique jusqu’à l’ennui et hyper-conservatrice. Le désir (d’ailleurs de quel désir s’agit-il ? nous parle-t-il de la pulsion sexuelle ?) est dévalorisé par rapport à l’amour,sentiment sans doute à ses yeux plus épuré, qui présenterait l’avantage d’assurer un continuum social, etc.
    On a droit ainsi à des phrases fleuries qui reposent sur des courants d’air : « Quelle est la différence entre l’amour et le désir ? L’amour s’inscrit dans la durée et veut s’exprimer socialement. » …et tout à l’avenant, sans qu’on n’y comprenne pas grand-chose…
    Il en vient aussi à des considérations douteuses sur le problème de la reconnaissance par une personne de son homosexualité ou de son hétérosexualité… qui cachent mal les préjugés qu’il véhicule.
    Au diable la philo, Sarko n’a qu’une idée en tête : il voudrait nous laisser croire qu’il a beaucoup réfléchi, qu’il s’est attardé gravement sur la question. Il voudrait nous persuader que son positionnement idéologique est la conclusion d’une très sage réflexion, éloignée de toute considération rétrograde et obtuse.
    Mais au bout du compte, Sarko est surtout fidèle à sa réputation : au lieu de rassembler et d’unir, son discours a pour objet de briser les solidarités. Il cultive l’idée que la revendication homosexuelle est éventuellement le lieu d’un désaccord à l’intérieur d’une communauté homosexuelle segmentée, divisée. Et il tente évidemment de nous opposer les uns aux autres.
    Ex : « vous savez parfaitement bien qu’il y a beaucoup d’homosexuels qui ne réclament pas le mariage, qui ne réclament pas l’adoption. »

  3. RACINE dit :

    Sans être homophobe, je conteste le droit au mariage pour les homosexuels. Je considère, en effet, que le mariage, même s’il est de nos jours une valeur en recul eu égard au nombre de rupture d’engagements en résultant, est un socle sur lequel doit se baser toute société.
    Les socialistes et la gauche, font mauvaise route. c’est vraiment dommage…

Laisser un commentaire