Sans abri : une situation dramatique

Imagetract11La lettre des socialistes du 10e — octobre 2006

Le nombre des personnes sans domicile fixe s’est accru ces dernières années, avec l’augmentation de la pauvreté et de la précarité. Beaucoup de réfugiés errent également dans notre arrondissement depuis la fermeture en fanfare du centre de Sangatte par Sarkozy. Autour des gares, du canal Saint-Martin ou du square Alban Satragne, ce sont parfois de véritables campements qui se sont installés ces derniers mois et leur visibilité a été accrue par l’apparition de tentes.

Laisser les sans abri dormir sous des tentes n’est pas une solution, car ils n’y sont pas en sécurité. De plus, les habitants qui voient leur cadre de vie se dégrader supportent parfois mal une situation qui est d’abord le reflet de problèmes sociaux croissants.

La Ville de Paris a pris beaucoup d’initiatives depuis l’élection de Bertrand Delanoë : programme d’humanisation des centres d’hébergement et création de nouveaux centres à taille humaine ; financement de 15 « espaces solidarité insertion » pour l’accueil en journée ; création en 2003 d’une « unité d’assistance aux sans abri » qui va à la rencontre des personnes sans domicile.

Mais la lutte contre l’exclusion relève d’abord de la responsabilité de l’Etat. Or après une action d’urgence cet été, le gouvernement refuse de s’engager vraiment pour trouver des solutions durables. Le 10e compte lui-même plusieurs nouvelles structures pour accueillir ceux qui sont à la rue. Mais il faudrait aujourd’hui multiplier les lieux d’hébergement d’urgence dans toute l’Ile-de-France et améliorer leur qualité pour être à la hauteur du problème.

Quant au sort des réfugiés, il montre d’abord le cynisme de la droite : sous prétexte qu’ils sont en situation irrégulière, rien n’est fait pour éviter la situation indigne dans laquelle ils se trouvent. Là aussi, l’Etat ne remplit pas son rôle, alors que des lieux d’accueil en nombre suffisant devraient pouvoir les prendre en charge.

La municipalité parisienne poursuivra son effort pour les plus démunis. Au niveau national, si les socialistes l’emportent en 2007, nous ferons du logement et de la lutte contre l’exclusion des priorités de notre politique.

Laisser un commentaire