Retour sur le débat participatif du 22 janvier : « Qui va garder les enfants ? »

Cette synthèse, comme celles des 6000 autres débats participatifs tenus à travers la France, alimente le pacte présidentiel de Ségolène Royal.

Constats partagés au cours du débat

  • Il n’y a pas un modèle d’accueil : plusieurs modes de garde sont à envisager
    • Les besoins et les attentes des parents sont multiples
    • Il faut privilégier le développement d’une palette de services plutôt que de faire du tout-crèche ou du tout-garde à domicile
  • Le niveau de qualification idéal pour l’accueil du jeune enfant pour les 0-6 ans, que ce soit en crèche ou à l’école maternelle, est le niveau bac+3
    • La formation d’éducateur-trice de jeunes enfants paraît la mieux adaptée à l’accueil des plus jeunes (cf. les pre-school teachers dans le monde anglo-saxon)

Poursuivre la réflexion
l’accueil du jeune enfant « à la française », distinguant 0-3 ans et 3-6 ans, n’est pas universel : les pays nordiques, certains pays anglo-saxons ont un système unifié 0-6 ans, présentant de nombreuses qualités : participation active des parents, gratuité de l’accueil collectif, accueil prioritaire des enfants handicapés, reconnaissance de la diversité, équité de formation entre tous les personnels auprès des enfants, aménagement des horaires… Ces systèmes sont généralement fortement décentralisés, adaptant le curriculum national aux spécificités locales dans une logique participative, comme la région italienne d’Emilie-Romagne.

Causes de la situation actuelle

  • L’augmentation de l’offre d’accueil ne doit pas être recherchée au détriment de la qualité du service rendu
    • L’assouplissement des règles de fonctionnement des établissements d’accueil, notamment les mini-crèches, avec un personnel de moins en moins qualifié, provoque une baisse de la qualité de l’accueil
    • Le développement du multi-accueil peut créer une course à la rentabilité : dès qu’une place d’accueil est vide, il faut l’occuper
  • L’école maternelle tend à être absorbée par l’école primaire
    • On assiste à une inflation des évaluations dès le plus jeune âge, la part du jeu tend à diminuer au profit du travail scolaire, même en maternelle, avec une recherche précoce de la performance de l’enfant
  • Le congé maternité manque de souplesse
    • Il devrait pouvoir être prolongé quand la famille ne trouve pas de place d’accueil ou si la famille le souhaite
    • Il y a des conflits d’intérêt entre les attentes de l’employeur et celles des familles

Propositions

  • Créer un droit opposable à un mode d’accueil
    • Créer une réglementation pour que les plans d’urbanisme prévoient la construction de lieux d’accueil au prorata du nombre de logements
  • Envisager l’enfance dans une continuité 0-6 ans en décloisonnant les secteurs de la petite enfance et de l’école maternelle
    • Développer les dispositifs passerelle
    • Des éducateurs-trices de jeunes enfants devraient intervenir dans les écoles maternelles aux côtés des professeurs des école pour l’accueil des plus jeunes
    • Il faut également renforcer la formation des ATSEM et leur permettre plus d’évolutions de carrière vers des métiers plus qualifiés
    • Les professeurs des écoles enseignant en maternelle doivent avoir une formation spécifique à l’accueil des jeunes enfants
  • Renforcer l’égalité hommes-femmes sur la question de l’accueil de la petite enfance
    • Dématernaliser les appellations PMI, école maternelle, assistante maternelle
    • Promouvoir la mixité dans les métiers de la petite enfance
    • Promouvoir la coparentalité et la prise de responsabilité égale des pères et des mères auprès de leurs enfants
    • Favoriser le retour à l’emploi à l’issue du congé parental
  • Améliorer la qualité de l’accueil en favorisant l’innovation
    • Développer les crèches familiales
    • Développer les dispositifs d’accueil-relais pour les parents à horaires de travail atypiques
  • Unifier la qualité de l’accueil, collectif comme individuel
    • Privilégier la généralisation des formations à bac+3 pour l’accueil des 0-6 ans
    • Développer la formation continue et la VAE pour améliorer la qualité de l’accueil et favoriser les évolutions de carrière des personnels
    • Préserver les conditions de travail des agents
  • Créer des pôles petite enfance
    • Pour dispenser l’information aux familles sur les modes de garde, pour centraliser la demande et l’offre d’accueil et pour fournir un véritable accompagnement aux parents dans leurs démarches
  • Renforcer la place des parents
    • Développer les lieux d’accompagnement de la parentalité
    • Renforcer la participation des parents à la vie des établissements, à leur projet pédagogique
  • Faire évoluer les missions de l’Aide sociale à l’enfance pour renforcer son rôle dans la prévention.
    • Cette mesure permettra de développer les structures innovantes qui fournissent un accueil préventif et de ne plus stigmatiser des familles « en difficulté »

Poursuivre la réflexion

  • Développer une politique d’accueil et de soutien à destination des préadolescents pour lutter contre la solitude des enfants après l’école ou le collège
  • Modifier la loi pour que la garde alternée soit systématiquement prononcée par le juge, si elle n’est pas préjudiciable à l’enfant


WebAnalytics

Laisser un commentaire