Ségolène Royal à Charléty le 1er mai

affiche du 2nd tourGrand rassemblement autour de

Ségolène ROYAL

le mardi 1er mai à 17h
ouverture des portes à 15h30

au stade Charléty – Paris 13e
M° Porte d’Italie — T3 et RER Cité universitaire.

Avec la participation de Bénabar, Cali, Michel Delpech, Leny Escudero, Indochine, Rachida Khalil, Kery James, Mokobé, Renaud, Sanseverino, Tikenjah, Yannick Noah, La Grande Sophie, Olivia Ruiz et de nombreux autres artistes….

Une réponse à “Ségolène Royal à Charléty le 1er mai”

  1. Stéphane Pasquay dit :

    Il faut vraiment se mobiliser pour ce grand événement, qui doit permettre de dire notre attachement aux valeurs des lumières qu’avait renouvelées et transmises Mai 68.
    On ne s’en aperçoit que confusément encore, mais il s’agit d’engager un combat d’une nature inédite, puissant et uni, contre l’offensive menée par la nouvelle droite à l’encontre des intellectuels et à l’encontre des valeurs de progrès qui ont accompagné l’histoire des idées en France depuis l’émancipation sociétale de Mai 68. Ce qui est en jeu, c’est le devenir de nos libertés : la liberté de la presse, la liberté des moeurs, la liberté de pensée, la liberté d’être. Qui ne voit aujourd’hui que nos prérogatives sont déjà entamées ? Les medias s’apprêtent à être muselés, le ministère de l’Intérieur s’engage déjà à interdire des revues gay (la revue Illico), les débats d’idées animés par les opposants nationaux sont brocardés et empêchés, la droite promeut un eugénisme digne des années noires de la décade 1930.

    La filiation intellectuelle : Les Lumières > 1789 (Première révolution française)>1877 ( l’avènement de la République)> loi de 1905( séparation de l’Eglise et de l’Etat)> 1936 ( Front populaire/ accès des classes salariées à la parole) > 1968 (réactualisation post-moderne des libertés de l’individu et aspiration sociétale au bonheur ) subissent un assaut sans précédent de la part du sarkozysme.
    Nous allons vers des attentats à répétition contre les acquis de mai 68. Cette page de notre histoire, menée tambour battant par une jeunesse qui croyait en une France moderne, Sarkozy veut la noircir. Il inverse une fois encore le cadre éthique de ce qui est le bien, de ce qui est le mal : il relègue Mai 68 à l’incentaire d’une France honteuse, mais réhabilite les excès d’une France colonisatrice sous prétexte de récuser les discours de repentance à bon marché.

    Le sarkozysme est une synthèse réactionnaire du bushisme et de l’anti -intellectualisme primaire mené par les frères Kaczynski en Pologne.

    On est face à un conflit idéologique lourd, qu’il importerait de mettre au clair à Charlety.

Laisser un commentaire