Archive pour la catégorie ‘Lutte contre l’exclusion’

Pour une salle de consommation à moindre risque dans le 10e

samedi 2 mars 2013

Salle de consommation à moindre risqueLe lundi 10 décembre dernier, la section accueillait Elisabeth Avril, Directrice de l’association Gaïa-Médecins du Monde, et Pierre Leyrit, Directeur de l’association Coordination Toxicomanies 18, autour de notre camarade Stéphane Bribard, Conseiller d’arrondissement du 10e, chargé de la jeunesse et de la prévention.

Ils ont évoqué la mise en place d’une salle de consommation à moindre risque dans le Xème arrondissement. En effet, une subvention de 38 000 € de la Mairie de Paris a été accordée au projet commun des associations Gaïa et Médecins du Monde. Son objectif principal est de réduire la mortalité, l’exclusion sociale et les troubles à l’ordre public liés à la consommation de drogues en espace urbain.

Quels sont les résultats attendus de l’ouverture d’une telle salle ?

Une meilleure prise en charge des overdoses et donc une baisse des hospitalisations liées à celles-ci. Une diminution de la consommation dans l’espace public, ce qui est positif à la fois pour les riverains et les personnes dépendantes, qui préfèrent en général ne pas s’exposer. L’accès pour des personnes fragiles à une relation de confiance et à un réseau de soins médico-sociaux. Ainsi, les personnes droguées souhaitant s’insérer socialement sont incitées à faire du bénévolat dans la salle même.

Ce type de salle existe-t-il ailleurs ?

En tout, ce sont 90 salles qui ont vu le jour dans le monde depuis les années 1990 : en Suisse, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, en Norvège, au Danemark, au Luxembourg, en Australie et au Canada.

Quels sont les critères pour pouvoir accéder à la salle ?

  • être consommateur de drogues
  • être majeur
  • ne pas être en état d’ébriété

Quelle est la démarche à suivre pour entrer dans la salle ?

  • arriver avec de la drogue, la salle n’en fournit pas
  • montrer au personnel la drogue qui va être consommée
  • se mettre d’accord avec le personnel sur la quantité consommée et le temps passé

Et les riverains ?

Ils disposent d’un numéro de téléphone à composer en cas d’urgence à proximité de la salle. Ils sont régulièrement conviés à des réunions d’informations sur le sujet et seront invités à la visiter quand elle sera ouverte.

Monsieur le candidat

mardi 1 mai 2007

Monsieur le Candidat,
Vous avez pris vos quartiers chez nous, dans le 10e, un arrondissement que l’on dit populaire. Moi qui vis ici, je ne vous reprocherai pas de l’avoir préféré au charme discret de Neuilly. Vous avez été sensible à la richesse, à l’exubérance de ces rues où les cris du vieux Paris se mêlent aux échos de Pékin, Bamako, Karachi et Ankara…
Vous aimez la diversité, le dialogue, l’échange… Comme je vous comprends ! Une identité nationale plurielle, métissée par l’immigration : c’était donc là ce que vous aviez en tête. Les commentateurs vous auraient-ils joué un vilain tour en vous accusant de dresser les uns contre les autres, au nom d’une pureté factice, ceux qui ne demandent qu’à vivre ensemble ? A moins que…… (suite…)

Avec la gratuité dans les transports publics pour les bénéficiaires du RMI, l’Île-de-France poursuit une politique tarifaire plus juste et solidaire

lundi 9 avril 2007

Alain-Pierre Peyraudpar Alain-Pierre Peyraud, conseiller régional et élu du 10e — 9 avril 2007

Depuis le 31 mars 2007, les franciliennes et les franciliens, bénéficiaires du RMI et leurs ayants droit, soit environ 350 000 personnes, disposent de la gratuité sur le réseau des transports publics d’Île-de-France. Cette mesure vient compléter le dispositif de réduction de 75% du coût de la carte orange mis en place le 1er octobre dernier au profit des titulaires des minima sociaux (CMUC, AME, ASS, API), soit 10% de la population francilienne. (suite…)

La lettre des socialistes du 10e – n°13

samedi 17 février 2007

Image Lettre PS10 n13La lettre des socialistes du 10e — février 2007 :

Télécharger la lettre des socialistes du 10e au format pdf.

Contrôles d’identité massifs à République : une dérive inacceptable

samedi 17 février 2007

Place de la République, ParisVœu adopté par les élus de gauche du conseil d’arrondissement du 10e – 5 février 2007

Le 30 janvier dernier, l’association « Les Restos du Cœur » distribuait des repas sur le terre-plein de la place de la République (400 repas prévus).
Les forces de police sont intervenues, vers 19h, afin de procéder à des contrôles d’identité aux entrées et sorties des bouches de métro de la station « République ». L’ampleur des effectifs déployés démontre qu’il s’agit d’une opération ciblée sur les bénéficiaires de cette distribution alimentaire. (suite…)

Installation de tentes le long du Canal Saint-Martin : l’urgence sociale doit être une priorité politique

mercredi 27 décembre 2006

Tente Médecins du MondeEntretien avec Alain-Pierre Peyraud, élu du 10e arrondissement — 27 décembre 2006

Vous sentez vous interpellé par l’opération de l’association « Les Enfants de Don Quichotte », qui a installé plusieurs dizaines de tentes le long du canal Saint-Martin ?

Comment ne pas l’être ? Et je le suis à différents niveaux. Tout d’abord, comme citoyen, habitant du 10ème, où force est de constater que les personnes en situation de précarité sont en nombre croissant. A ce titre, notre arrondissement ne constitue pas une exception et cette triste réalité vaut pour l’ensemble du territoire parisien, francilien et national.
Notre pays traverse une crise sociale très préoccupante. Les populations les plus fragiles économiquement en sont naturellement les premières victimes. Le rapport de la « Fondation Abbé Pierre » l’illustre bien en rappelant qu’un tiers des personnes accueillies dans les dispositifs d’urgence travaille.
Cet événement très médiatisé n’est donc malheureusement que l’une des manifestations d’un phénomène plus général d’appauvrissement et de précarisation de notre société. Ces centaines de tentes ne constituent que la partie émergée de l’iceberg, l’expression la plus révoltante d’une société libérale et individualiste qui glisse progressivement vers plus de contraste entre d’un côté des profits croissants pour les plus favorisés assortis d’un accroissement des avantages fiscaux, et d’autre part une large frange de la population dont les revenus déjà modestes ne permettent plus de faire face aux exigences les plus élémentaires : le prix élevé du loyer, les études de leurs enfants, l’accès aux soins, aux loisirs, à la culture, vieillir dans la dignité… (suite…)