Archive pour la catégorie ‘Paroles de militants’

Le logement : priorité politique du Pacte Présidentiel

dimanche 11 février 2007

par Frédéric Gilli — 11 février 2007

Le niveau des prix et des loyers qui explosent, les garanties de plus en plus interminables demandées à tout « candidat » (car aujourd’hui, avoir un logement est plus difficile que passer un concours !), les discriminations de plus en plus intolérables qui s’ensuivent, les travailleurs dans les centres d’hébergement, les étudiants dans les campings et les plus précaires, salariés ou chômeurs, exposés au froid et au vent sous des abris de fortune… Voilà le résultat de la politique du gouvernement. Voilà où nous a conduit l’UMP. Voilà les soi-disant succès de Borloo.
Certes, le Ministre (non-candidat) peut se vanter d’avoir porté hauts les chiffres de la construction et d’avoir produit beaucoup de logements « sociaux ». Seulement, la majeure partie de ces constructions n’ont pas été faites pour loger des gens mais pour bénéficier de remises fiscales : on construit à Aurillac quand les besoins sont à Paris… Quant aux logements sociaux, ils appartiennent de plus en plus souvent à la gamme des logements intermédiaires, aux loyers inaccessibles pour les plus pauvres. Dans l’esprit de la droite, les plus pauvres n’ont droit qu’à être hébergés, ce qui explique peut-être son acharnement à combattre depuis cinq ans cette fameuse loi SRU qui oblige les communes comme Neuilly à construire des logements sociaux. Si le Maire-ministre (candidat celui-là) aime jouer du populaire en choisissant notre arrondissement, il n’aime pas les pauvres au point de les loger chez lui (2,6% de logements sociaux à Neuilly !). (suite…)

Altermondialisme : il existe une voie socialiste

dimanche 4 février 2007

Pierre Kanuty et Henri Weber à Nairobipar Pierre Kanuty — 1er février 2007

C’est du moins ce qu’on peut se dire en tirant le bilan du 7e forum social mondial qui s’est tenu à Nairobi où la présence record du nombre de Français et la contribution des socialistes français ont été remarqués. La tenue de ce FSM en Afrique à la veille d’échéances importantes en France permet tous les espoirs.

Forum Social Mondial de NairobiPour la première fois, un forum social mondial se tenait intégralement en Afrique. Et si la presse française a estimé que ce forum était un échec, c’est essentiellement parce qu’elle n’y a pas trouvé d’intérêt dès lors que les « people » n’y étaient pas, alors que les organisations de la société civile africaine, y étaient largement représentées. Il y avait 15 000 participants à Porto Alegre en 2001. Ils furent plus de 50 000 cette année. Près des trois quarts sont d’ailleurs venus pour la première fois. (suite…)

Ecologie citoyenne : il faut changer les mentalités !

dimanche 28 janvier 2007

Elise Fajgelespar Elise Fajgeles — 28 janvier 2007

Quelques réflexions sur la responsabilité des pouvoirs publics en matière d’écologie citoyenne.

Quand la gauche reviendra au pouvoir, elle devra faire preuve de courage et d’innovation en matière d’écologie. En effet, il ressort des conclusions du rapport de l’Institut français de l’environnement en France (IFEN), publié le 17 octobre 2006 que des résultats significatifs ont été obtenus contre les pollutions industrielles, agricoles ou énergétiques, sous l’effet des réglementations contraignantes. L’enjeu se situe maintenant surtout du côté des sources diffuses, celles qui nécessitent l’adhésion de chacun dans ses choix individuels (pour se déplacer, consommer, se chauffer, se loger…). Il apparaît donc que la nécessité aujourd’hui en matière d’environnement, c’est de changer nos comportements. (suite…)

Installation de tentes le long du Canal Saint-Martin : l’urgence sociale doit être une priorité politique

mercredi 27 décembre 2006

Tente Médecins du MondeEntretien avec Alain-Pierre Peyraud, élu du 10e arrondissement — 27 décembre 2006

Vous sentez vous interpellé par l’opération de l’association « Les Enfants de Don Quichotte », qui a installé plusieurs dizaines de tentes le long du canal Saint-Martin ?

Comment ne pas l’être ? Et je le suis à différents niveaux. Tout d’abord, comme citoyen, habitant du 10ème, où force est de constater que les personnes en situation de précarité sont en nombre croissant. A ce titre, notre arrondissement ne constitue pas une exception et cette triste réalité vaut pour l’ensemble du territoire parisien, francilien et national.
Notre pays traverse une crise sociale très préoccupante. Les populations les plus fragiles économiquement en sont naturellement les premières victimes. Le rapport de la « Fondation Abbé Pierre » l’illustre bien en rappelant qu’un tiers des personnes accueillies dans les dispositifs d’urgence travaille.
Cet événement très médiatisé n’est donc malheureusement que l’une des manifestations d’un phénomène plus général d’appauvrissement et de précarisation de notre société. Ces centaines de tentes ne constituent que la partie émergée de l’iceberg, l’expression la plus révoltante d’une société libérale et individualiste qui glisse progressivement vers plus de contraste entre d’un côté des profits croissants pour les plus favorisés assortis d’un accroissement des avantages fiscaux, et d’autre part une large frange de la population dont les revenus déjà modestes ne permettent plus de faire face aux exigences les plus élémentaires : le prix élevé du loyer, les études de leurs enfants, l’accès aux soins, aux loisirs, à la culture, vieillir dans la dignité… (suite…)

Paris ville durable

jeudi 30 novembre 2006

par Stéphane, Géraldine, Nicolas et Marguerite — 29 novembre 2006

Publié en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, le rapport Brundtland (du nom de la présidente de la commission, la Norvégienne Gro Harlem Brundtland), introduit la notion de développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Ainsi l’homme est au centre des préoccupations, dans le respect des générations présentes et futures.

Le développement durable suppose un équilibre entre les trois objectifs : social, économique et environnemental.

Parler de ville durable amène naturellement deux questions :
La ville pour qui ? Le développement comment ?
(suite…)

Pas de racisme au Parti socialiste

dimanche 26 novembre 2006

Alexandra Cordebardpar Alexandra Cordebard, élue du 10e — 26 novembre 2006

Le Parti socialiste a réussi ses primaires, a réussi au lendemain même de la désignation de Ségolène Royal à se rassembler autour d’elle pour affronter Nicolas Sarkozy. Les objectifs qui sont aujourd’hui les nôtres sont de mettre en place les conditions d’un large consensus à gauche qui nous permettra de résister au formidable raz-de-marée libéral mondial, avec toutes nos forces, avec tous nos concitoyens y compris et surtout ceux qui ont le plus à perdre si nous échouons.
Dans ce contexte, je crois qu’il est indispensable que nous montrions notre désaccord profond avec Georges Frêche, et condamnions clairement et fermement ses propos. Le PS est un parti où l’on peut débattre et confronter des points de vue différents mais le PS ne peut pas abriter des élus provocateurs et irresponsables, encore moins des élus racistes. Lilian Thuram nous rappelait que le sport et en particulier le football est un des rares domaines où les Français d’origines modestes trouvent l’occasion de promotion sociale. C’est cela qu’il faut changer. Il n’y a pas trop de Noirs dans l’équipe de France mais pas assez de Français issus de l’immigration, noirs ou pas, dans les universités, dans les entreprises, dans les partis politiques et au PS, Monsieur Frêche !

Non à l’expulsion des enfants sans papier et de leurs familles !

lundi 18 septembre 2006

Alexandra CordebardPar Alexandra Cordebard, élue du 10e — 18 septembre 2006

Les élus de la majorité municipale du 10e autour de Tony Dreyfus ont organisé avant l’été avec le Réseau Education Sans Frontières des cérémonies symboliques de parrainage d’enfants sans papiers, comme dans de nombreuses autres mairies de France.

Pour un élu, c’est une démarche peu naturelle que de se constituer en collectif pour résister à la loi. Il faut des circonstances exceptionnelles, la conviction d’avoir à faire face à une urgence.

La brutalité des mesures prises par le gouvernement de Monsieur de Villepin et la détermination aveugle de Monsieur Sarkozy à vouloir donner de lui une image de fermeté aboutissent en fait à mettre des familles dans des situations inextricables. (suite…)

Lutter contre les discriminations, mais lutter contre toutes les discriminations !

mardi 5 septembre 2006

par VL – avril 2006

Notre République n’est ni blanche, ni mâle, ni hétéro … Pour les personnes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transsexuelles), à l’instar du PSOE en Espagne, nous devons améliorer le statut juridique qui discrimine encore nos concitoyens au regard de leur orientation sexuelle. Améliorer le PACS, certes, mais surtout ouvrir le mariage aux couples de même sexe, l’adoption à tous les couples, l’adoption possible de l’enfant du conjoint quel que soit la statut du couple permettront de réduire des inégalités de droit et répondront à une demande sociale.
Ces changements pour toutes les questions relatives au droit de la famille s’appuient sur des attentes en terme d’égalité des droits et de principe d’universalité.

Intégration et modèle républicain

mardi 5 septembre 2006

par LC, JB, OB, VL – avril 2006

Nous avons pu observer l’entrée en force dans le débat public du principe de « discrimination positive ». Le tribunal devient un lieu d’expression des inégalités : discrimination dans l’accès à l’emploi, à un logement, à l’éducation pour tous, aux biens et aux services, à la santé … Autant d’entorses flagrantes au principe d’égalité. Pour pallier à ces manquements, la droite a dû créer – avec un retard certain – la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE), simple traduction en droit français d’une disposition européenne.

La spécificité française se caractérise par une volonté de défendre le principe d’égalité pour tous nos concitoyens. Ces pratiques discriminatoires constituent la négation même du principe d’égalité proclamé dès les articles 1er de notre Constitution. Nous sommes en droit de nous poser une question essentielle : le modèle d’intégration par assimilation est-il à bout de souffle ? (suite…)

Le droit du travail et le projet socialiste

dimanche 3 septembre 2006

par CC, JFQ et AS – avril 2006

Des éléments de diagnostic
Depuis une vingtaine d’années, les évolutions structurelles de l’économie française ont entraîné une forte hausse de la mobilité de l’emploi (Rapport du CERC – Conseil Emploi Revenu Cohésion Sociale n°5). Celle-ci s’explique par deux facteurs :
– l’augmentation du poids des services, où l’instabilité est forte, et la baisse corrélative du poids de l’industrie, où l’instabilité est faible.
– les changements rapides des modes de production et de gestion, qui contraignent l’employeur soit à former ses employés, soit à les remplacer par une main d’œuvre plus qualifiée. (suite…)